Les Amis de l'Avenue du Château à Meudon

Chronique d'un massacre annoncé...
...évité, suspendu, annoncé à nouveau...toujours en attente


Dans le cadre d'un programme de restauration d'une des plus belles avenues de France, à Meudon,
l'Etat a lancé en 1999 une campagne d'abattage systématique de 500 tilleuls, centenaires pour la plupart.

Les Meudonnais et tous ceux qui aiment cet endroit se sont mobilisés.
Ils n'ont pu empêcher l'abattage de 183 arbres mais ont fait annuler le projet par le Tribunal Administratif.

Grâce à la concertation acceptée ensuite par l'Etat, un protocole d'accord a pu être signé en juillet 2003,
qui définit les principes de la rénovation de ce lieu magnifique.

Une première tranche de travaux a été effectuée en 2003-2004.
Une deuxième tranche a été réalisée en 2007-2008.

Au bout de dix ans, pendant lesquels les arbres anciens ont été protégés le mieux possible,
les travaux de rénovation devaient pouvoir s'achever,
mais le recours de deux particuliers, finalement déboutés en 1ère instance puis en appel, a fait perdre 5 ans.


La DRAC a décidé enfin de reprendre les travaux fin 2015.
La rénovation de la contre-allée Est a été achevée en ju in 2016.
Celle de la contre-allée Ouest devrait s'achever en avril 2017.


Un site historique exceptionnel à deux pas de Paris

Située à 10 km du centre de Paris, l’Avenue du Château, à Meudon (92), a été créée par le Marquis de Louvois, ministre de Louis XIV, à la fin du XVIIe siècle , probablement sous la direction de Le Nôtre, pour desservir ce qui devint plus tard le Domaine Royal de Meudon. Cet ensemble exceptionnel est classé au titre des monuments historiques.

Longue de 920 mètres de long sur 50 mètres de large, l’Avenue du Château comprend une voie pavée centrale bordée d’un parterre de gazon, et deux contre-allées. Un quadruple alignement de tilleuls (Tilia Cordata), dont les plus anciens ont été plantés vers 1820-1830, confère à l’Avenue son aspect monumental qui la rend unique et prisée des visiteurs.


L'avenue du Château

1999 Les travaux commencent sans concertation 

Le ministère de la Culture entreprend la restauration de l’Avenue du Château, partie intégrante du Domaine National.

La Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Ile de France (DRAC), gestionnaire de ce domaine de l’Etat, commence la mise en œuvre de ce projet sans aucune information, consultation et concertation préalable. Elle commence les travaux en août 1999 avec une première campagne d'abattage de 75 arbres, et la rénovation de la chaussée centrale.

L'émoi causé par l'abattage de ces arbres et l'absence d'information conduit à la création de l’Association les Amis de l’Avenue du Château à Meudon (AAAC), officiellement constituée en décembre 1999, et regroupant les Meudonnais et visiteurs de l’Avenue du Château pour obtenir la communication du projet détaillé, se faire le porte-parole des Meudonnais et des nombreux visiteurs extérieurs, et, avant tout, sauvegarder le patrimoine arboricole de l’Avenue..

Le 26 décembre 1999, la tempête ne fait tomber que 8 tilleuls sur les 436 arbres restants et considérés par la DRAC comme senescents!

2000 Le projet initial est dévoilé et l'AAAC obtient son annulation par le tribunal administratif

Après plus de deux ans de rumeurs et de multiples demandes d'information restées sans réponse, l’AAAC, en tant qu'association, obtient la mise en place d'un processus de concertation en février 2000 sous la présidence du Sous-Préfet de Boulogne-Billancourt. L'Association peut avoir accès aux détails du projet:

Outre la réfection de la voie pavée et des contre-allées, le projet initial inclut une campagne d’abattage systématique des 511 arbres de l’Avenue pour replanter de tout jeunes tilleuls de même essence. L'Administration justifie l'abattage au nom de la sécurité (beaucoup d'arbres seraient malades et dangereux) et de la nécessité esthétique de replanter des alignements parfaitement homogènes (ce qui n'a jamais été le cas depuis que des tilleuls ont été plantés au cours du XIXème siècle).
Le projet prévoit par ailleurs la suppression totale du stationnement des voitures sur la place Janssen (à l'entrée de la terrasse, très fréquentée, notamment pendant les week-ends) et le stationnement longitudinalement sur les contre-allées, au lieu du stationnement transversal mis en place en 1974.
Enfin, le projet ignore les mesures prises autrefois pour assurer la sécurité des piétons et ne prévoit notamment aucun passage piétonnier pour traverser l'avenue!

L'AAAC fait part de ses propositions. Mais la concertation n'est qu'apparente: l’Administration procède en avril et mai 2000 à une nouvelle tranche d’abattage de 108 arbres et lance la procédure d'appel d'offre pour la suite des travaux, selon un descriptif inchangé qui prévoit explicitement l’abattage complet de tous les arbres et le stationnement SUR les contre-allées piétonnes!

L'AAAC dépose donc en juillet 2000 un recours en annulation de cette décision de l'Etat devant le Tribunal Administratif de Paris, obtient la suspension provisoire des travaux, puis le sursis à exécution, et enfin le 7 décembre 2000, l'annulation pour vice de forme de la décision de la DRAC portant sur l'abattage des tilleuls de l'Avenue du Château.

Mais un tiers des tilleuls de l'avenue ont déjà été abattus: il  reste donc 320 arbres que la DRAC prévoit toujours d'éliminer bien qu'ils ne soient, au dire même des experts de l’Administration, ni malades ni dangereux.

2001 La concertation s'organise au sein d'un Comité de Pilotage

En mai 2001, le Directeur de la DRAC d'Ile-de-France est remplacé par Madame Anita Wéber, qui reprend le dossier dans un esprit de concertation et annonce en octobre que le projet de rénovation de l'avenue du Château reprend sur des bases nouvelles: replantation progressive, contrôle du stationnement et de la circulation, concertation et transparence au sein d'un Comité de Pilotage réunissant sous sa direction les représentants des services concernés de l’Etat, de la Ville de Meudon et des associations.

Suite à une nouvelle expertise, l'expert de la DRAC et l'expert de l'AAAC analysent ensemble 6 arbres litigieux et ces arbres sont reconnus dangereux avec l'accord de l'AAAC. Ils seront abattus en avril 2002. 

En octobre 2001, l'association A.R.B.R.E.S. (Arbres Remarquables: Bilan, Recherche, Etudes et Sauvegarde), dont le bureau est composé d'éminentes personnalités et notamment d'universitaires du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris, décerne à l'AAAC le certificat d'"Arbres Remarquables de France" pour l'action entreprise par l'AAAC pour la sauvegarde des alignements de tilleuls de l'avenue du Château.

2002 L'Architecte en Chef doit élaborer un nouveau projet

La Commission Supérieure de Monuments Historiques est saisie en mai 2002 des orientations dégagées par le Comité de Pilotage et décide le cadre général du projet: réduction drastique du nombre de places de stationnement et replantation progressive des alignements sur une période de 10 ans.
L'Architecte en Chef est chargé de redéfinir son nouveau projet.

Le dialogue avec les décideurs et l'Architecte en Chef piétine.

2003 Un protocole d'accord permet la reprise des travaux

Le nouveau projet, qui devait être présenté en octobre 2002, n'est finalement présenté qu'en mars 2003, sans détails ni discussion. Suite aux critiques de l'AAAC et du Maire de Meudon, le projet est à nouveau modifié et les nouveaux plans communiqués en mai 2003!

La discussion de ce dernier projet au sein du Comité de Pilotage conduit finalement à l'accord de toutes les parties sur une première phase de travaux pour l'hiver 2003-04 et à la signature d'un protocole d'accord, en juillet 2003 qui définit le cadre, les principes et le calendrier de la rénovation de l'avenue.


En octobre 2003, débute la première tranche de travaux qui comprend la replantation de 82 tilleuls dans les alignements centraux et la réfection de trois "traversées" de l'avenue et qui s'achèvera en février 2004.

En décembre 2003, Jean-François de Canchy est nommé Directeur des Affaires Culturelles d'Ile-de-France. en remplacement d'Anita Wéber. C'est le 4ème directeur de la DRAC depuis le début de l'opération en 1999...

 

2004 Les travaux des traversées s'achèvent; la rénovation de la place Janssen se prépare

Les travaux de réfection des trois traversées principales de l'Avenue s'achèvent en février 2004.

Le projet de rénovation de la Place Janssen est présenté au Comité de Pilotage du 5 mai 2004. Sur proposition de l'AAAC, le cheminement piétonnier est amélioré et le nombre de places de stationnement est augmenté de 6 à 10 places auxquelles s'ajouteront 10 places après démolition des garages "amiantés".

L'AAAC demande à nouveau une réglementation claire du stationnement dans l'avenue qui est enfin arrêtée le 15 juillet 2004. Il reste à la faire appliquer strictement.

En juin 2004, la DRAC fait procéder à une nouvelle étude phytosanitaire des tilleuls de l'Avenue (qui ne sera communiquée à l'AAAC qu'en février 2005!) qui ne met en évidence aucune dégradation significative de l'état sanitaire des arbres depuis l'expertise précédente de 2001.

2005 Le programme prend du retard

L'application du calendrier du Protocole d'accord prend du retard: études et travaux sont reportés.

En juin 2005, un nouvel Architecte en Chef des Monuments Historiques, Daniel Lefèvre, prend la charge du Domaine national de Meudon, et donc du projet de rénovation de l'Avenue du Château, en remplacement de Pierre-Antoine Gatier qui était en charge de ce projet depuis le début. C'est le dernier responsable qui change alors que tous les responsables de l'administration (Chef de projet, Conservateur Régional en Chef des MH, Directeur Régional des Affaires Culturelles, Directeur du Patrimoine, Ministre des Affaires Culturelles) ont déjà changé à plusieurs reprises, mais ce changement est bienvenu!

Consciente des difficultés budgétaires de l'Etat, l'AAAC élabore, avec l'aide de différents experts, un projet de sauvegarde, qui propose la remise en état des deux contre-allées et la replantation des tilleuls manquants dans les alignements externes. Ce projet ne nécessite pas effet d'études préalables compliquées et peut être réalisé dès 2006 pour un coût très modique. Il permettrait ainsi de rénover l'Avenue plus rapidement et avec beaucoup moins d'argent, mais il est aussitôt rejeté par la DRAC.

2006 Il ne se passe plus rien et le retard s'accroit

La DRAC annonce en février le report à 2007 des travaux de la place Janssen et le report de l'étude des contre-allées en raison des contraintes budgétaires.
A la demande de l'AAAC et du nouvel architecte en Chef des MH, Daniel Lefèvre, les données essentielles de la rénovation des contre-allées sont néanmoins analysées: travaux à effectuer sur les réseaux, nature du revêtement des chaussées, nombre et emplacement des places de stationnement.

La convention d'entretien, prévue dans le Protocole d'Accord de 2003, est enfin signée en août 2006. Depuis mars 2000, l'AAAC réclamait qu'une telle convention organise et précise les responsabilités des différentes parties pour l'entretien de l'avenue et notamment des arbres. La convention signée concerne maintenant une grande partie du domaine de Meudon dont la gestion courante est confiée à la Ville de Meudon. Malheureusement, il n'est prévu aucun programme précis d'entretien des tilleuls, dont l'essentiel reste d'ailleurs de la responsabilité de l'Etat.

2007 La rénovation de la Place Janssen démarre enfin

Prévus au printemps, puis à l'automne, les travaux de rénovation de la Place Janssen commencent enfin en novembre 2007.

Le nombre de places de stationnement est limité à 8 places (au lieu de 10 décidées en mai 2004) et la démolition des garages amiantés, qui doit permettre 10 places supplémentaires et pourtant décidée depuis 2004, est reportée en raison des difficultés d'accord sur les détails entre les administrations concernées.

L'étude préalable à la restauration des contre-allées, qui a fait l'objet de réunions de concertation informelle avec l'Architecte en Chef est présentée au Comité de Pilotage en octobre 2007 et approuvée par la DRAC, à quelques réserves près, en novembre 2007.

2008 La phase suivante, prévue initialement en 2004-2006, est encore reportée

A part la rénovation de la place Janssen, qui s'achève en juin 2008, il ne se passe plus rien pour engager la rénovation, pourtant de plus en plus nécessaire, des contre-allées de l'Avenue.
La DRAC ne réunit même pas le Comité de Pilotage, prévu pourtant au moins une fois par an.

L'AAAC diffuse en novembre 2008 un tract intitulé: "L'avenue du Château, Monument Historique oublié, abandonné!"

2009 La DRAC veut à nouveau abattre tous les tilleuls anciens

En prévision des discussions à venir sur la replantation dans les contre-allées, l'AAAC fait faire une expertise par le Service Conseil de l'ONF (Office National des Forêts) de la la santé des 115 tilleuls de l'Avenue qui étaient indiqués en 2004 par l'expert de la DRAC, comme ayant une espérance de vie de 3 à 5 ans. Après deux examens détaillés, en aout 2007 et en mars 2008, l'étude montre que la très grande majorité de ces arbres est en bonne santé. La DRAC révèle alors qu'elle a aussi fait faire une nouvelle expertise en 2007, qu'elle a oublié de communiquer... Bien qu'établies sur des critères et avec des méthodes différentes, les résultats des deux études sont assez cohérents.

Le 18 mai, les représentants de la DRAC et de l'Architecte en Chef, l'AAAC et le CSSM analysent ensemble les alignements extérieurs de l'avenue et définissent un projet de replantation selon les principes du Protocole d'accord et conforme à la replantation de 2003 dans les alignements intérieurs. Ce projet est formalisé et approuvé par l'AAAC et le CSSM.

La DRAC présente le projet finalisé de restauration des contre-allées (Projet Architectural et Technique ou dossier de consultation des entreprises) le 2 juillet 2009, dans une réunion de travail avec les associations. Le projet reprend les orientations de l'étude préalable de 2007 mais la DRAC a introduit et indique sa préfèrence pour une option prévoyant l'abattage de tous les tilleuls existants dans les alignements extérieurs, en alternative au plan de replantation établi le 18 mai selon les principes du Protocole d'accord.
Les deux associations approuvent le projet à quelques détails près mais se sont formellement opposés à l'abattage de tous les tilleuls.

L'AAAC publie en décembre 2009 un plaidoyer, argumenté d'une documentation technique détaillée et d'avis d'experts, pour que la solution de replantation progressive soit retenue.

2010 Compromis pour achever la rénovation de l'Avenue, bloqué ensuite par un recours

Au Comité de Pilotage, enfin convoqué par le Préfet le 5 février 2010, la DRAC annonce son intention de procéder à la rénovation des contre-allées de septembre 2010 à mi 2012 en abattant les tilleuls des alignements extérieurs pour effectuer les travaux de réfection des chaussées et des emplacements de parking avant de replanter ces alignements.

Constatant que la solution de replantation progressive n'a aucune chance d'être retenue et prenant en compte
. le tout récent rapport phytosanitaire et l'urgence de procéder à la réfection des contre-allées dont la dangerosité s'accroît,
. la lettre de l'Etat du 10 mars 2010 dans laquelle la DRAC et le Préfet s'engagent formellement à ce que
     - les arbres anciens des alignements centraux et de la contre-allée Est, au dessus de la rue Obeuf soient conservés jusqu'en 2014 ou 2015, sauf pour raison de sécurité
     -
les arbres abattus soient remplacés immédiatement (dans la même saison)
     -
le financement des travaux soit assuré et le calendrier, et notamment le début des travaux dès septembre 2010, soit respecté,
l'Assemblée Générale de l'AAAC, réunie le 20 mars 2010, a pris acte de la décision de la DRAC et a décidé à la majorité de ne pas s'y opposer. Cette position de l'AAAC a été communiquée à la DRAC et au Préfet le 24 mars 2010.

Après l'abattage de 18 arbres, déclarés dangereux par l'expert de la DRAC, en mai 2010, les travaux de la première tranche (contre-allée Est) devaient démarrer en septembre 2010.

Mais suite au recours de deux particuliers, le juge des référés de Cergy-Pontoise, par une ordonnance du 23 août 2010, a suspendu l'autorisation des travaux, qui sont arrêtés à ce jour jusqu'à un jugement sur le fond.

2011 Tout est bloqué: il ne se passe rien!

Le Tribunal Administratif de Cergy-Pontoise doit juger sur le fond le recours des deux particuliers qui, en référé, a entrainé le suspension en août 2010 de l'autorisation des travaux de rénovation des contre-allées de l'avenue du Château.
La Directrice de la DRAC a annoncé que rien ne serait entrepris dans l'avenue avant ce jugement.
La communauté d'agglomération GPSO qui devait néanmoins moderniser le réseau d'assainissement dans la contre-allée Ouest, a reporté les travaux.

2012 Le Tribunal a rejeté les recours contre le projet de rénovation de 2010

Dans son jugement du 25 avril 2012, le Tribunal Administratif a rejeté la totalité des arguments des requérants, mettant fin ainsi à la suspension des travaux ordonnée en référé en août 2010.
Les requêrants déboutés ont fait appel, mais cet appel n'est pas suspensif.
La DRAC envisage de reprendre le projet de juin 2010 et de démarrer les travaux au 2ème trimestre 2013, si elle obtient les budgets.
GPSO est prêt à coordonner avec la DRAC les travaux du collecteur qui pourraient être réalisés au 2ème semestre 2013.

2013 Faute de budget la rénovation est reportée sine die

En février 2013, Mme Genthon, directrice de la DRAC Ile-de-France, annonce que, faute de budget, les travaux ne pourront pas démarrer en 2013 comme elle le souhaitait.
En mai 2013, Mme Véronique Chatenay-Dolto est nommée Directrice de la DRAC IdF.

Les travaux de rénovation du réseau d'assainissement de l'avenue du Château ont été réalisés comme prévu au 4e trimestre 2013 par la communauté d'agglomération GPSO.

2014 La Cour d'Appel confirme le rejet des recours

En juin 2014, la Ministre de la Culture, en réponse à une question écrite du Sénateur-Maire de Meudon, précise que "...sous réserve d'une issue prochaine, favorable à la position de l'État, de cette procédure [d'appel], la réalisation de ces travaux [de rénovation des contre-allées]...reste programmée sur la période 2015-2016."
En septembre 2014, Mme Véronique Chatenay-Dolto, Directrice de la DRAC IdF, en visite avenue du Château avec M. Jounot, Préfet des Hauts-de-Seine, confirme qu'elle souhaite mettre en oeuvre le projet de 2010 dès que sa situation juridique sera totalement clarifiée.

Dans son arrêt du 23 octobre, la Cour d'Appel administrative de Versailles confirme le jugement de 1ère instance et déboute les deux particuliers requérants,et le Comité de Défense de l'Avenue du Château (CDAC) qui s'était joint à eux dans la procédure d'appel, de la totalité de leurs requêtes. La situation juridique du projet de rénovation des contre-allées est donc totalement clarifiée et on attend maintenant que la DRAC dégage le budget nécessaire et engage les travaux.

2015 La rénovation des contre-allées reprend enfin

En août 2015, la DRAC annonce la reprise des travaux suspendus depuis 2010 et la mise en oeuvre à l'automne 2015 du projet de rénovation tel qu'il avait été arrêté en 2010. Le calendrier est précisé au Comité de Pilotage du 13 octobre 2015: Rénovation côté Est de novembre 2015 à avril 2015; rénovation côté Ouest un an plus tard.
Les opposants au projet, pourtant déboutés par le Tribunal administratif
, lancent une campagne de pétition et d'obstruction basée sur des contre-vérités. Les obstructions et sabotages des opposants nécessitent l'intervention des forces de l'ordre. Les 34 arbres prévus sont abattus le 17 novembre et le 18 décembre 117 jeunes tilleuls étaient replantés (10 arbres supplémentaires seront plantés au 1er trimestre 2016).

Par un arrêt daté du 11/12/2015, le Conseil d'Etat valide le jugement de la Cour d'Appel Administrative de Versailles rejetant toutes les requêtes contre le projet 2010 de rénovation de l'avenue du Château. Cet arrêt met fin définitivement à la procédure engagée en 2010 par deux particuliers opposés à ce projet. (voir l'arrêt du Conseil d'Etat)

2016 La rénovation des contre-allées se poursuit

Une fois les nouveaux tilleuls plantés, les travaux se poursuivent comme prévu: aménagement des aires de parkings, rénovation de la contre-allée, pose de poteaux pour protéger les pelouses, réfection des pelouses, installation du mobilier et des bornes de stationnement. Des travaux d'ERDF programmés en dernière minute perturbent le chantier et entrainent un retrad de près de deux mois. La contre-allée Est rénovée et réouverte au public fin juin.

Les discussions avec la DRAC, l'architecte en Chef des MH, la ville de Meudon et les associations se pooursuivent au 1er semestre pour préciser les détails de la rénovation coté Ouest et notamment la sélection des arbres à abattre.
Fin juillet la DRAC annonce dans une "lettre aux riverains" les détails et le calendrier de la rénovation coté Ouest. Les travaux démarrent le 16 août: quelques opposants font de l'obstruction et la présidente du CDAC est mise en garde à vue; les 29 arbres convenus sont abattus, 149 arbres existants sont élagués et 113 jeunes tilleuls seront plantés; 43 places de stationnement seront aménagées. Les travaux sont réalisés par les mêmes entreprises que sur le coté Est: l'entreprise SEM pour les arbres et espaces verts et l'entreprise Colas pour la voirie et les parkings. La fin des travaux est prévue fin avril 2017.

Mise à jour 3 septembre 2016